Actualités Parcours UGB

UGB-1ere promotion médecine : Entretien avec Dr Asséga Sylvain SAGNA

Entretien avec Docteur Asséga Sylvain SAGNA, 1ere Promotion Médecins de l’UFR des Sciences de la Santé de l’UGB !!!
Aprés la cérémonie de graduation de la première promotion des médecins de l’UFR des Sciences de la Santé de l’Université Gaston Berger, l’équipe de la DCM est allée à la rencontre du Docteur Asséga Sylvain SAGNA, premier étudiant à avoir soutenu une thèse de doctorat en Médecine à l’UGB. Il est aujourd’hui médecin généraliste, un pur produit de l’Université Gaston BERGER.
DCM : Vous avez été étudiant de la première promotion de l’UFR des Sciences de la Santé, pouvez-vous revenir sur vos diverses expériences dès votre arrivée à l’UGB ?
Dr Asséga S. Sagna : « Oui, Je suis arrivé à l’UGB en octobre 2010. J’abandonnais une inscription à la fac science de l’UCAD pour faire MEDECINE à l’UGB. Non sans hésitation, j’avoue. Mes camarades et moi savions que venir cette année-là à l’UGB pour faire médecine c’était comme embarquer dans une pirogue vers l’inconnu : le monde universitaire et les études médicales qui de surcroît débutaient à l’UGB. C’était cela la première expérience ; nous avons vécu l’incertitude et la peur. Puis nous avons été choyés tout le reste du temps. Personnellement, j’ai essayé de rendre plaisant mon passage à l’UGB et de ne pas seulement me former dans l’art de soigner. Dès ma première année j’ai été Secrétaire Général de l’Amicale des Etudiants en Sciences de la Santé (AMESS) que j’ai contribué à mettre en place, j’ai représenté notre UFR au Niger à l’occasion de la rencontre du Réseaux des Etudiants en Médecine de l’Afrique de l’Ouest (REMAO) et quelques années plus tard j’ai assisté et communiqué à de nombreuses rencontres scientifiques. Tout ça pour dire qu’à l’UFR 2S nous n’avions pas que nos cours de médecine à bucher mais aussi des cours de vie ».

DCM : Vous avez été le premier étudiant à avoir soutenu sa thèse de doctorat, en médecine à l’UGB, comment avez-vous vécu ce privilège ?
Dr Asséga S. Sagna : « Hoo avec beaucoup de stress au départ. Soutenir la première thèse de doctorat de médecine s’accompagnait d’un impératif doublement important : mon travail devait faire la fierté de mes formateurs d’une part et d’autre part planter les jalons d’une histoire qui promet d’être longue. C’est cette responsabilité d’ailleurs qui a pesé sur toute la promotion depuis nos débuts et qui m’a fait perdre 2kg les semaines avant la soutenance (rires). J’en suis fier aujourd’hui, mais sans oublier que c’est un objectif qui n’est jamais totalement atteint et j’y travaille chaque jour qui passe ».

DCM : Quelques années après son ouverture, l’UFR 2S a organisé la cérémonie de graduation de la première promotion, qu’est-ce que vous avez ressentie ?
Dr Asséga S. Sagna : C’est une étape importante dans notre vie. Car, couronner 8 années de dur labeur, féliciter les uns et les autres pour les efforts fournis, c’est selon moi charger de courage et de détermination les nouveaux diplômés et toute l’équipe de l’UFR et les inciter à encore aller plus loin ».
DCM : Quels sentiments vous animent après la remise de vos diplômes ?
Dr Asséga S. Sagna : « Je suis rempli de bonheur et de satisfaction. Bonheur pour avoir franchi une étape et commencé une nouvelle, remplie de satisfaction pour avoir passé une vie universitaire assez fructueuse. Et je suis reconnaissant pour tous ces bienfaits ».
DCM : Après 8 ans passés à l’UFR 2S, pouvez-vous revenir sur les choses qui vous ont particulièrement marqué ?
Dr Asséga S. Sagna : « Difficile de dire ce qui m’a le plus marqué. 8 ans d’université c’est long, c’est beaucoup de moments forts. Je vais juste citer la proximité de nos maîtres. Comme je disais tantôt, nous étions choyés. Les professeurs Lamine Gueye, Ibrahima DIAGNE et feu Hassatou Sow TOURE et le CSA d’alors M. Bachir TALL étaient très attentifs et prévenants avec nous. Ils nous parlaient, nous rendaient visite et nous accueillaient dans leurs bureaux. C’était à croire qu’ils étaient aussi terrifiés que nous de ces débuts incertains. Un autre élément qui m’a beaucoup marqué, c’était la sagesse avec laquelle mes camarades et moi avons évité de détruire nos années universitaires avec les grèves. C’était de longues réunions, des tiraillements et des éclats de voix, mais nous sommes arrivés à une décision sage. J’aime dire que c’est à cette politesse et à cet engagement de la première promotion que l’UFR 2S doit aujourd’hui ses années normales malgré les péripéties que vit notre chère université. Mes jeunes frères doivent savoir que c’est au prix de gros sacrifices qu’ils ont aujourd’hui encore des années normales. Il est aussi de leur devoir d’en assurer pour les générations à venir ».
DCM : Comment appréciez-vous la qualité de la formation dispensée à l’UFR 2S ?
Dr Asséga S. Sagna : « Elle est très bonne. Comme le disait le premier directeur de l’UFR, Pr Lamine Gueye, Toutes les facultés de médecine du pays forment de bons médecins, la nôtre a pour vocation d’en former d’excellents. C’est cela qu’elle fait. En témoigne nos récentes performances au concours national de l’internat des hôpitaux ou nos résultats vont crescendo d’année en année. C’est le fruit d’un engagement de toute l’UFR et du personnel de l’hôpital régional de Saint-Louis, mais aussi des étudiants qui s’entraident avec le système de tutorat et de monitorat. Et en tant que nouvelle faculté, la maquette d’enseignement a été améliorée pour mieux répondre aux besoins de performance : il y a beaucoup de sciences sociales, de management, de leadership transformationnel et de santé publique. Sans nous jeter des fleurs, je peux dire que sorti de l’UFR 2S de Saint-Louis, on est forcément un excellent médecin ».
DCM : Avez-vous des recommandations à faire à l’endroit des autorités pour le maintien de l’excellence à l’UFR 2S ?
Dr Asséga S. Sagna : « Nos responsables devraient être plus attentifs à la formation et à l’enseignement de la médecine. Nous sommes à une ère où les exigences en matière de santé sont de plus en plus grandes. La formation et la recherche doivent suivre. Pour cela, il faut de vrais laboratoires de recherche et des centres polyvalents en santé pour qu’enfin on cesse de chercher dans ce que d’autres ont déjà trouvé et qu’on respecte le principe fort de « jamais la première fois sur un patient ». Bien équiper l’UFR 2S et construire un Centre Hospitalier Universitaire sont urgents ».
DCM : Quels conseils pouvez-vous donnez à vos jeunes frères ?
Dr Asséga S. Sagna : « Je voudrais ici féliciter et encourager tous ceux qui ont choisi de faire médecine. S’intéresser à l’homme et faire en sorte qu’il soit en possession de toutes ses capacités est un choix dont la noblesse n’est plus à démontrer. Les conseils que je donnerai c’est qu’il faut travailler sérieusement sans se laisser distraire, maintenir puis pousser la barre plus haut et surtout accepter de faire des sacrifices pour avancer et penser aux générations à venir. Cependant, chers camarades, vous ne devez pas oublier qu’être médecin ce n’est pas seulement connaitre les maladies et leurs médicaments. C’est aussi connaitre l’homme et la société. Alors vivez aussi votre université, profitez-en et que vos 8 années d’études ne soient pas un calvaire ».
DCM : Votre mot de la fin ?
Dr Asséga S. Sagna : « Pour finir, je voudrais rendre grâce à Dieu pour tous ses bienfaits, pour moi et pour la P1 de médecine. Remercier tous nos maîtres et l’équipe administrative qui travaille à la bonne marche de l’UFR. Une mention spéciale à mes parents et amis qui m’ont soutenu toutes ses années durant.
À l’UFR 2S, je voudrais souhaiter un succès éclatant dans sa mission aujourd’hui et toujours ».

Laissez un commentaire