Portrait -Œuvre : Les Bouts de bois de Dieu d’Ousmane Sembene

Portrait -Œuvre : Les Bouts de bois de Dieu d’Ousmane Sembene

Les Bouts de bois de Dieu d’Ousmane Sembene

INTODUCTION

La production romanesque négro africaine reste étroitement liée aux événements historiques du continent. Ainsi, on aura trois courants qui feront successivement l’apologie de la colonisation, la critique de la colonisation puis celle des indépendances. Ce roman que nous nous proposons d’étudier appartient au second courant car le romancier a pris comme objectif la dénonciation de l’injustice et de la violence causées par la présence coloniale.

  1. PRESENTATION DE L’AUTEUR
  1. Biographie de Sembene

Ousmane Sembene est né le 1er janvier 1923 à Ziguinchor. Ses parents sont des Lébous ayant quitté la presqu’île du Cap-Vert pour la Casamance. À partir de 7 ans, il fréquente l’école coranique et l’école française, apprenant à la fois le français et l’arabe, alors que sa langue maternelle est le wolof. Il abandonne l’école primaire et n’a jamais repris les études. En 1942, il est mobilisé par l’armée française et intègre les tirailleurs sénégalais.

En 1946, il embarque clandestinement pour la France et débarque à Marseille, où il vit de différents petits travaux. Il est notamment docker au port de Marseille pendant dix ans. Il adhère à la CGT (Confédération Général du Travail, Syndicat qui lutte pour les travailleurs) et au Parti communiste français. Il milite contre la guerre en Indochine et pour l’indépendance de l’Algérie.

En 1960, après les indépendances il rentre en Afrique et commence à penser au cinéma. Avec ses films, Sembene  récoltera plusieurs récompenses. Il meurt à l’âge de 84 ans à son domicile à Yoff le 9 juin 2007. Il est inhumé au cimetière musulman de Yoff.

  1. Bibliographie et filmographie

La production littéraire de Ousmane Sembene est étroitement lié à sa carrière cinématographie. Beaucoup de ses œuvres littéraires ont été aussi adaptées au cinéma et vice versa. Parmi ces nombreux films on peut retenir :

Borom Sarret (1963), Le Mandat(1968), Emitaï (1971), Xala (1974), Ceddo (1976), Camp de Thiaroye (1987), Guelwaar (1992) et Moolaadé  (2003).

Parallèlement à sa production cinématographique, Sembene a aussi donné à la littérature africaine ses œuvres les plus engagées.

Il s’agit entre autres du Docker noir (1956), Ô pays, mon beau peuple (1957) Les Bouts de bois de Dieu (1960), Voltaïque (1962), L’Harmattan, (1964), Le Mandat (1965), Xala (1973), Le Dernier de l’Empire (1981), Niiwam suivi de Taaw (1987), Vehi-Ciosane suivi du Mandat (2000).

  1. PRESENTATION DU ROMAN
  1. Le Titre

Le roman a été publié en 1960, l’année de l’indépendance de la plupart des Etats francophones. Cependant, les événements  racontés se déroulent  sous l’ère coloniale.

Le titre, les bouts de bois de Dieux s’explique de manière euphémique par  une vielle tradition africaine : en effet, par superstition on ne compte pas les personnes vivantes, tout comme on n’indique pas le nombre exact d’enfants que l’on a, afin d’éviter que les mauvais esprits  n’abrègent leur vie. On les désigne par l’euphémisme “les bouts de bois de Dieu”, pour éloigner le mauvais sort. C’est ainsi également que les grévistes dans ce roman se désignent entre eux. Ainsi à la page 301, on peut lire les paroles suivantes : « Ne nous dénombre pas, s’il te plaît, dit  Séni en se levant précipitamment, nous sommes des Bouts-de bois-de-Dieu, tu nous ferais mourir. »

  1. Structure du roman

Ce roman,  Les Bouts de bois de Dieu, paru en 1960 aux Editions Presse Pocket, est composé de 379 pages structurées en 3 grandes parties :

–          1ère partie : Avant le déclenchement de la grève des cheminots ( page 13 à 48)

–           2ème  partie : Le déroulement de la grève (page 49 à 149)

–          3ème partie : Après la grève (page 354 à 379)

  1. Résumé du roman 

L’auteur relate l’histoire de la grève des cheminots de « Dakar Niger qui du 10 octobre 1947 au 19 mars 1948 immobilisa plus de 1500 Kilomètres de lignes. A Bamako, à Dakar et à Thiès les cheminots s’organisèrent pour mener à bien leur luttes. Le récit dévoile les motifs qui ont poussé les cheminots à interrompre le travail durant cinq mois. Ils résultent tous de leur situation de travailleurs noirs Africains. Ils sont désavantagés par rapport aux cheminots Européens qui jouissent de  beaucoup plus de privilèges.

Leurs revendications peuvent se résumer en quelques mots: augmentation de salaires, allocations familiales, vacances annuelles, retraites, et droit de créer leur propre syndicat. Mais, c’est à Thiès que les autorités interviennent dès les premiers jours. Thiès est en effet le centre de la régie des chemins de fer et celui de la direction du mouvement ouvrier. Au Mali, la grève est menée par Bakayoko (qui a des ressemblances avec Sembène). Bakayoko soutient moralement les grévistes et les appuie financièrement, au début, grâce aux dons du syndicat communiste français, la CGT.

À partir du moment où les blancs refusent de négocier avec les grévistes, la grève se durcit  à telle enseigne que les femmes se sentent obligées d’entrer en scène. Elles soutiennent les hommes et leur demandent de ne pas rompre le mouvement de grève qu’ils ont commencé. Ce mouvement va atteindre son paroxysme avec la marche de protestation des femmes de Thiès à Dakar. Cette marche marque aussi le point fort du roman.

Par cette manifestation, les femmes obligent les Français et leurs complices, dont les chefs religieux et les hommes politiques noirs du pays, à s’asseoir à la table des négociations et à accepter les revendications des grévistes. Aux portes de la capitale, l’une des protagonistes, Penda, s’effondre sous les balles de la police. Son martyr assombrit certes le mouvement de grève, cependant elle motive les grévistes à continuer la lutte. Malgré les multiples interventions de l’administration et les différents obstacles : mort, famine, violence, les cheminots maintiennent leurs revendications.

Finalement, les grévistes obtiennent gain de cause puisque l’administration est prête à engager des pourparlers et qu’elle accepte leurs revendications. Après plusieurs négociations, ils obtinrent satisfaction, c’est-à-dire l’amélioration de leurs conditions de vie.

III.              LES PERSONNAGES

  1. Les personnages de Bamako

Ibrahima Bakayoko : il  est le personnage central. Il s’affirme comme une sorte de héros. Il porte une balafre qui descend sur sa mâchoire inférieure. C’est lui qui donne la nouvelle morale et le sens de la révolution à tous les jeunes grévistes. C’est un militant syndicaliste, délégué des cheminots .Il est craint et respecté même par les patrons blancs.

Assitan : épouse de Bakayoko, elle est la mère de Ad’jibid’ji

Adjibidji : Fille de Assitan, elle a été  adoptée par Ibrahima Bakayoko le mari de sa mère.

Fa Keita : Doyen des poseurs de rails. Il a soutenu les grévistes dès les premiers jours de grève .Il fut emprisonné pour ce soutien.

Tiemoko : il fait partie des délégués de Bamako. Pendant la grève il a formé un groupe de commandos pour corriger les défaillants. Il fut l’auteur du jugement de Diarra.

Penda : C’est une fille de joie, une sorte de prostituée, responsable du mouvement des femmes. Elle eut l’idée de la marche pour Dakar et fut tuée à l’entrée de la ville.

Ramatoulaye : Elle est la tante de N’dèye Touti. C’est une brave femme qui eut allé jusqu’à tuer le bélier, vendredi, de son frère El Hadji Mabigué pour nourrir sa famille affamée par plusieurs mois de grève.

Niakoro : C’est la mère de Bakayoko. Elle invite son fils à la prudence car la grève passée (celle de 1938)  s’était terminée par un échec pour les ouvriers Africains.

Konaté : c’est le sécrétaire du syndicat des cheminots de Bamako

Diara : contrôleur au de la ligne Dakar -Niger, Il a trahi les grévistes en reprenant le travail. Il a un fils qui se nomme Sadio

Bernadini : C’est le gardien-chef du camp des prisonniers.

  1. Les personnages de Thiès

Doudou : il est ajusteur, secrétaire de la fédération des cheminots .Il a été honnête et loyal.

Dans le camp des grévistes on a LahbibBallaBoubacarSamba Ndoulougou et Bakary dit « l’ancien ».

Parmi les femmes de Thiès on peut noter Maimouna (c’est une jeune femme aveugle qui a du élever seule ses jumeaux car le père, irresponsable, a refusé de subvenir à leur besoin), Dieynaba (Veuve et mère de Gorgui), Mariame Sonko (épouse de balla), Awa (femme du contremaitre), Penda (femme de mœurs légères).

Soukaré : le vieux gardien-chef du dépôt de Thiès. Défaillant, souffrant de la faim, il connaitra une mort accidentelle et sera dévoré par les rats affamés.

Bachirou : Bureaucrate, il fait partie des cadres métropolitains.

Dejean : Directeur général de la Régie des chemins de fer du Dakar-Niger. Il est venu à la colonie dans l’intention de faire fortune rapidement. Ce blanc était persuadé qu’on pourrait briser facilement cette nouvelle grève car en 1938, alors qu’il était simple sous-chef de bureau, il était parvenu à briser la première grève des cheminots. Pour le récompenser, la Direction l’avait nommé chef de bureau.

Parmi les autres travailleurs de la Direction, on peut citer : Edouard (inspecteur du travail), Pierrot (jeune employé du Dakar-Niger), Leblanc (collaborateur de Dejean), Victor (adjoint direct de Dejean) Isnard   (ancien de la colonie, il est chef d’atelier d’ajustage. C’est lui qui abattu froidement deux petits noirs :  et Sène), Béatrice (la femme d’Isnard).

  1. Les personnages de Dakar

N’deye Touti : Une élève de l’école normale qui supporte mal la vie dans la concession et dans un quartier qu’elle qualifie de pouilleux. Elle est aimée par Daouda et par Bakayoko.

Ramatoulaye : tante de N’deye Touti, femme très courageuse, elle tuera le mouton de son frère El Hadji Mabigué pour nourrir tout le quartier affamé.

Houdia Mbaye :veuve et mère de la petite Anta et de « Grève », un b’b’ né durant cette période difficile de la Grève.

El Hadji Mabigué : notable et frère de ramatoulaye, il est cependant avec les blancs.

Le Grand Serigne de dakar : Il est corrompu par les blancs et utilise la religion pour briser la grève.

Daouda : On le surnomme aussi beau gosse. Il fait partie des délégués syndicaux de Dakar. Il aime N’deye touti.

Les autres militants sont : Arona, Idrissa, Deune.

  1.  LES THEMES PRINCIPAUX
  1. La révolte

Si le sujet du roman porte généralement sur la grève des cheminots, le moteur qui anime les actions des grévistes et de leurs familles est certainement la révolte. En effet les Bouts de bois de Dieu retrace la révolte des cheminots qui utilisent comme moyen la grève. La révolte permet également aux grévistes de découvrir ceux qui sont prêts à combattre le système brutal d’oppression pour un idéal de justice et ceux qui cherchent à les démoraliser en essayant de les convaincre que les Blancs sont là par la volonté Divine.

  1. La violence

La grève a eut des conséquences pénibles dans toutes les trois villes (Dakar, Bamako, Thiès) .Mais elle fut plus cruelle à Bamako.La vieille Niakoro meurt des services des forces de l’ordre, et la petite Adjibidji a été gravement blessé. Fa Keita et Konaté sont arrêtés.Il subissent au camp de Bernandini des tortures atroces (page 164) et p 300. La présence se matérialise aussi par le meurtre de trois apprentis à Thiès par Isnard.

  1. La famine

La famine s’est installée à Thiès et à Dakar.Mais c’est surtout à Thiès qu’elle fut plus sévère. Alors on a recours à divers moyens pour survivre. Ainsi devant la souffrance des enfants, Ramatoulaye n’hésitera pas à tuer de ses propres mains le bélier qui venait de manger le peu de  riz qu’elle avait.

  1. La solidarité

Au sein de la société il y ‘a un renforcement de la solidarité entre grévistes et entre hommes et femmes. Cette solidarité sera la seule arme dont dispose les grévistes pour ne pas échouer dans cette lutte : ainsi les gens sont prets à partager le peu d’aliments qu’ils ont. C’est aussi au nom de cette solidarité entre grévistes que certains critiqueront leur propre père défaillant.

  1. La trahison

Diarra, homme grandis aimé et respecté, a trahi les grévistes en reprenant le travail. Dénoncé par Hadidia, il est jugé par un tribunal de travailleurs en présence de son fils Sodio, gréviste lui-même. Le roman critique aussi la complicité des chefs religieux et de certains politiciens qui même s’ils sont des noirs font tout leur possissible pour briser la grève.

  1. Discrimination raciale

Les noirs travaillaient dans des conditions pénibles et étaient moins payés que les ouvriers blancs. Ce racisme se retrouve aussi dans le comportement des blancs qui se croient supérieurs aux noirs. Ainsi, ils ont des préjugés défavorables sur les noirs. Ces préjugés se retrouvent dans les propos racistes de Dejean. Refusant de donner des allocations familiales aux noirs, il affirme que : « Dès qu’ils ont de l’argent, c’est pour s’acheter d’autres épouses, et les enfants pullulent comme des fourmis… »

  1. Le féminisme

Avec les marcheuses et la petite Adj’ibibdji, qui symbolisent l’espoir et l’avènement d’une nouvelle ère, Sembène illustre de manière concrète que le processus de l’émancipation féminine avait déjà commencé durant la période coloniale.

La grève a  entraîné des changements de comportement chez les femmes : Elles surmontent leurs rivalités de femmes et de co-épouses pour un idéal de justice. Soutenues par leurs maris, les femmes de Thiès organisent une marche jusqu’à Dakar, siège de l’administration coloniale. La marche des femmes tout au long des 80 Kms qui séparent Thiès de Dakar est l’un des moments forts du roman. À travers Penda, la prostituée qui dirige le mouvement des femmes ou encore Maïmouna, l’aveugle, l’auteur montre la force que les femmes sont en mesure de déployer lorsqu’elles prennent en mains leur propre destinée. Il campe toute une galerie de femmes qui incarnent chacune ce qu’on pourrait appeler en wolof  «Djiguène djou meune goor ».

Leur force se traduit également par la détermination dont elles font preuve et les moyens non-violents comme les chants patriotiques qu’elles utilisent pour se donner du courage.

  1. L’ESPACE ET LE TEMPS
  1. L’espace

L’espace est multiple dans ce roman. En  effet, les événements se déroulent simultanément dans 3 villes dans trois villes :

  • Bamako où la grève a pris naissance
  • A Thiès où cette grève s’est installée
  • A Dakar où la grève va connaître son dénouement.
  1. Le temps

Dans tout le roman, on retrouve des repères temporels précis. La grève débuta  à Bamako dans la maison des syndicats. En effet, c’est le 9 octobre 1947 dans l’après-midi que les hommes ont voté la grève sous l’influence du discours de Tiémoko.

Le 4 mars, les femmes de Thiès démarrent de la place du 1er septembre pour Dakar. Elles arrivent à Dakar après six(6) jours de marche environs ou elles assisteront au grand meeting le 9 mars à l’hippodrome. Elles vont, retourner à Thiès le 10 mars. La grève pris  fin, neuf jours après leur retour c’est-à-dire le 19 mars 1948.

  1.  LE STYLE
  1. La technique cinématographique

La description chez Sembene Ousmane introduit toujours un ou des personnages ou une action. Un décor panoramique est présenté puis se détache peu à peu, comme au cinéma, le personnage. Le début du roman illustre cela « Les derniers rayons du soleil filtraient entre les dentelures des nuages. Au couchant, des vagues de vapeurs se délayaient lentement (…) Au centre de la ceinture de collines, les concessions de torchis (…) les habitants  s’étaient réunis dans la cour…

Il est remarquable le fait que la narration soit dominée par le dialogue des personnages, ce qui permet au narrateur de se cacher derrière ses personnages et se garder de commentaires, cela pour le grand bonheur du réalisme du témoignage.

  1. La précision du vocabulaire et la couleur locale

Le mot chez Sembene est sacré. Il doit rendre toute sa valeur de la bouche qui le fait sortir. Voilà ce qui justifie le recours à la langue locale, ce qui donne au texte une couleur locale permettant au lecteur de ne pas ainsi se perdre dans ce va-et-vient entre Bamako – Thies – Dakar. Chaque ville développe ainsi des particularités langagières. Ainsi le bambara de Bamako et le wolof de Thiès et Dakar complèteront-ils l’absence d’un vocabulaire français incapable de traduire l’idée et la portée du message des africains.

Par exemple à Bamako on a des termes comme Soungoutou (jeune fille), m’ba (grand-mère), Banco (terre argileuse) (22), Bara (danse) (28), Bô c’est des excréments, thié (homme), macou (silence) en bambara

A Dakar : sabadord (75), diouma (nain), n’gounou (poulailler) , malo (riz), rakal aliment bétail), m’bagne gathié, mbatous (écuelles) (93), n’dappe, Interjections : kaye, ouaï, dara !

Petite-mère (sœur de la maman) (102), Tâne vautours, tapates (clotures) (36), Bilakoros (incirconcis) (358), Alcatis, tougueul (France)

A Thiès : Damels (anciens nobles du cayor, actuel Thiès), Cauris (292), cades (299), Deumes sont des génies malfaisants (301), Gops (hilaires) (47), Samaras (chaussures) (37),

On note aussi dans les mots des imitations du Blanc : Mad’miselle Ndèye Touti (88), Missé pour dire Monsieur, piting pour putain (223),

Autres particularités, celles de traduire les expressions locales en français. Mame sofi avait noué son mouchoir de tête amidonné à la « gifle tes beaux-parents » (p. 87), manières de laisser un bout du foulard pendre à côté. Avoir son mot à dire devient « j’ai quelques pincées de sel à jeter dans la marmite… »,(p.153). Les comparaisons vont aussi dans le même sens : « tu dors comme un coup de pilon » (p. 88) ; « Depuis hier on est secoué comme des graines sur un van », dit Ramatoulaye aux autres femmes après leur affrontement avec les alcatis (p. 168)

  1. L’humour

L’humour est très présent dans le texte, et il est souvent fait par les personnages. Dès la page 46, le ton est annoncé par le narrateur lui-même qui dit que l’aveugle Maïmouna était « prisonnière de son infirmité, reine de son royaume de ténèbres ». A la page 324, Mame Sofi, l’amazone du groupe des femmes qui se sont attaquées aux milices déclare : « Poissons le matin, poissons le soir, si ça continue, un arbre à poissons va me pousser dans le ventre ? ». Parlant à Bakayoko de la femme de vie, Penda, Ndèye Touti rapporte que les femmes « disent qu’il n’y avait que le chemin de fer qui ne lui était pas passé dessus » (p. 342). Et elle ajoute, « Je me demande comment ? »

On peut lire à cet effet la scène des pages 40-41 où Samba disait que les cheminots « ont des noms à faire dérailler un train »

  1. Le chant

Le chant est pourtant la seule chose à laquelle s’accrochent les grévistes, et surtout les femmes. Maïmouna l’aveugle, y a recourt plus souvent pour réveiller la bravoure des femmes dans la grève. Elles seront déterminantes à l’image de Goumba Ndiaye de la Chanson (page 46). Et à la fin du livre, c’est le même chant de Goumba qu’on entend, et cette dernière complainte est en fait une sagesse africaine sur la notion de l’honneur : “Pendant des soleils et des soleils, le combat dura. Goumba, sans haine, transperça ses ennemis. Il était tout de sang couvert. Mais heureux celui qui combat sans haine.”

CONCLUSION

La victoire des grévistes dans les Bout de bois de Dieu montre un changement au niveau de la condition du nègre et de son état d’homme colonisé. En effet le roman appartient incontestablement au courant général du réveil des africains au lendemain de la 2ème  guerre mondiale. Il présente surtout un véritable mouvement nationaliste panafricain s’entendant surtout, sur plusieurs fronts dont les groupes moteurs sont : les parties politiques, la formation des jeunes et le rôle des femmes.

Les bouts de bois de Dieu développent donc le thème de la révolte et de la dignité humane. A notre avis à travers la victoire des cheminots sur l’administration coloniale Sembene Ousmane annonce l’avènement d’une nouvelle Afrique.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

ETUDIEZ AU CANADA

UNE PREINSCRIPTION GARANTIE A 100%

A LA UNE

Etudier à l'étranger

Etudier au Maroc

Etudier au Sénégal

Etudier en Chine

Etudier en France

Etudier en Allemagne

Etudier au Canada

Etudier en Belgique

Etudier aux USA

Etudier en Roumanie

Etudier en Angleterre

GRATUIT

EPREUVES CONCOURS

Téléchargez gratuitement plus de 500 anciennes épreuves de concours en PDF

Télécharger

La lecture continue ...

Bienvenue

Documentation

Guide