Samabac

L’Orientation Campusen : la toute dernière épreuve du Bac !

Les universités sénégalaises, publiques ou privées n’ont jamais cessé de faire rêver, surtout quand vous n’y êtes pas encore. Il suffit de se plonger dans les intitulés des programmes et des cours pour se dire qu’il y a une infinité de rêves à l’université. Des rêves qui se transforment rarement en réalité, et le plus souvent en cauchemars.

Après le baccalauréat, une question se pose et un choix s’impose: “Devons-nous aller à l’université ou suivre une formation professionnelle?”

Cette hésitation qui accapare tous nos moyens devant nos yeux impuissants, ce doute qui prend racine à l’intérieur de nous et qui prolifère aussitôt dans toutes les directions. Ce refus d’accepter une vérité effrayante qui parfois n’est plus à remettre en question. En ce moment, nous sommes mis devant une situation aussi difficile qu’importante: choisir notre avenir.

C’est après tout ce qui va déterminer, de façon plus ou moins importante, notre future carrière et les quelque quarante prochaines années de notre vie, à titre de gagne-pain, de carrière, d’emploi…. Et on se retrouve précipité devant ce choix à seulement dix-huit ans, alors qu’on commence à peine à découvrir toutes les possibilités florissantes qui s’offrent à nous, alors qu’on vient tout juste d’entamer nos premiers pas en tant qu’adulte.

Pourtant, nous avons déjà passé 13 ans ou plus sur le bancs, mais notre système éducatif a tout fait, sauf nous expliquer ce qui nous attend. Voila qu’il se réveille un bon jour pour nous presser à choisir, choisir non pas pour être orienté, mais choisir pour aller à la fac. Certains vont suivre leur cœur, d’autres vont y aller sur un coup de tête, certains tenteront d’être à la hauteur de leurs ambitions alors que d’autres vont miser sur leur simple intuition… et dans tous les cas, nous sommes presque laissés à nous même.

Malgré tout ça, au fond de nous, choix final sera le résultat de la combinaison de trois facteurs : ce qu’on aime (1), ce que nos parents désirent (2) et ce que l’université et l’Etat veulent recevoir (3). Alors, nous oublions l’importance: ce dont la société a besoin.

Bara Diaw


Commenter

Laisser un commentaire